Tout sur la Ligne Caen-le Mans-Tours

étude de l'axe Caen-Tours
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Mans et le Train.

Aller en bas 
AuteurMessage
panthersky
Admin


Nombre de messages : 357
Age : 32
Localisation : Arnage
Date d'inscription : 14/12/2006

MessageSujet: Le Mans et le Train.   Jeu 1 Mar - 21:40

LE MANS ET LE RAIL


Au XIX siècle en France, les principales grandes villes sont déjà reliées aux réseaux ferrés. Les manceaux comprennent l’intérêt de l’arriver du train dans leur ville. En 1842, les représentants de l’Ouest font part de l’abandon dont elles sont victimes après le rattachement de Nantes à Paris via Tours.

Le projet de ligne qui reliera Paris à Rennes est le dernier espoir. Mais deux tracés sont possibles, soit par le Mans ou par Alençon. La légende dit que les bourgeois d’Alençon auraient refusé le train pour ses nuisances. Mais il n’en est rien…

C’est un véritable duel entre les deux villes.

En 1848, l’ancien maire du Mans Ariste-jacques Trouvé-Chauvel, bien placé à Paris joua un rôle décisif en confirmant le passage du train par le Mans, avec l’obtention de crédit pour ouvrir un chantier aux portes de la ville d’Alençon.

La construction de la ligne s’échelonne entre 1849 à 1854.



C’est le 28 mai 1854 à 15 heures que le premier train arrive en gare du Mans. Il fut salué par une salve d’artillerie des canonniers de Mamers et fut bénit par monseigneur Bouvier évêque du Mans.

Ainsi, la ligne Paris-le Mans, fut officiellement ouverte le 1er juin 1854 avec 5 trains dans chaque sens par jour reliant les deux villes en 6h40 pour les omnibus et 5h pour les rapides. Ces trains étaient tirés par les Buddicom (locomotives d’origine Anglaise).

Dès l’ouverture, 13000 usagers empruntent la ligne par semaine. Le succès était tel que déjà des trains de nuit s’installèrent. L’arrivée du chemin de fer au Mans va contribuer à son essor.

D’autres lignes vont s’ouvrir rapidement :

Le Mans-Laval le 14 août 1855

Le Mans-Alençon le 15 mars 1856

Le Mans-Tours le 19 juillet 1858

Le Mans-Sablé le 22 mars 1863

Le Mans-Rennes et le Mans Argentan 1860

Le Mans-Angers, le Mans-Brest et le Mans-Caen en 1875.



La création de la gare



Construite en 1854, le bâtiment à l’époque comportait un corps central de 7 travées prolongé par 2 ailes de 5 travées. Long de 105 mètres le bâtiment voyageur possédait une verrière de 135 mètres de long et 24 m de large. Cette marquise fut démolie en 1935.

35 ans plut tard en 1937 pour l’électrification de la ligne le Mans Paris la marquise est démolie, les toitures sont rehaussées pour permettre l’aménagement de bureaux et un foyer du personnel roulant. L’intérieur est également remanié avec un escalier et un souterrain pour accéder aux quais.

Il faudra attendre 1983 pour qu’une nouvelle rénovation de la gare intervienne. Avec plus de 2 millions de voyageurs par an, la gare n’offrait plus les aménagements adaptés à une telle fréquentation L’arrivé du TGV en 1989 entraînera aussi de nouvelles modifications.



La guerre de 1870 intervient alors que la population ouvrière disséminée dans les bourgades industrielles se trouve drainée vers la capitale Sarthoise où se créent de nouveaux besoin de main d’œuvre et dont le nombres d’habitants ne cesse de s’accroître il passe de 27000 à 37000 en 1860, puis 46000. Le 12 janvier 1871, lors de la bataille du Mans, 1200 wagons, bondés de vivres et de munitions sont bloqué en gare. A 5h du matin l’ordre d’évacuation est donné.



Avec l’annexion de Pontlieue en 1865, le Mans Compte désormais 45 000 habitants, puis 60 000 en 1896.

Le centre ville aussi change, des réalisations urbaines ambitieuses vont le remodeler pour lui donner le visage que l’on lui connaît. L’avenue Thiers, la caisse d’épargne, la place des halles… Le développement des tramways électrique et vapeur de la Sarthe conduit à la construction d’un ouvrage spécifique et unique : le pont en X.

Appartenant à la compagnie privés de l’Ouest et connaissant des difficulté financière croissantes du à l’extension considérable de ses lignes secondaires, l’état rachète la gare du MANS en 1909 et la modernise.

Ces modernisations permettent :



L’ouverture du nouveau dépôt. Equipé d’un pont tournant de 23.50m.

La construction de la gare de triage qui commença en 1911, dans les landes sableuse du quartier du Maroc. Suite à la 1ère guerre mondial les travaux seront interrompus en 1914 et la mise en service de la gare ne pourra se faire qu’en 1916.



Les années 30



Les années 30 marquent l’apogée de la vapeur au Mans. Mais soudain l’utilisation d’une nouvelle source d’énergie va bouleverser le chemin de fer. Le 31 mai 1934, un projet d’électrification de la ligne est posé. La gare du Mans se trouve profondément transformé :

Allongement des quais, suppression de la grande verrière, transformation des bâtiments et la construction d’un poste d’aiguillage a commandes électrique à poussoir, l’un des plus moderne en Europe.

L’ouverture de la ligne électrifiée s’effectue le 28 mai 1937 et relie les deux villes en 2 h31.

C’est la première ligne électrifié 1500V sur la région Ouest. Sur la ligne la vapeur est bannie.



Le 1er janvier 1938 la SNCF est née par fusion des compagnies privées. La société à un effectif de 515 000 cheminots.



La seconde guerre mondiale :



Le 18 juin 1940 les allemands entre dans la ville et prennent le contrôle des installations et du trafic

Le 4 mars 1943, 6 bombardiers Anglo-américains larguent 24t de bombes sur le triage à 18h40 faisant 8 tués et 38 blessés. Les dégâts sont tel que la reconstruction durera 1 année.

A peine fut il terminé que 4 autres bombardements nocturne massif (le 7 et 14 mars 1944, 20 et 23 mai 1944) mettent définitivement hors d’usage le triage, ainsi qu’une bonne partie du dépôt des locomotives et des ateliers. Du 7 mai au 6 août 44, les doubles queues ne laisseront aucun répit aux circulations ferroviaires, mitraillant ainsi tous déplacement de convois. Les gares de Neuville, le Mans, Yvré-l’Evêque et pont de Gennes seront mainte fois bombardées, ainsi que les principaux viaduc et pont. Ces bombardement cesseront avec l’entré le 8 août 44 vers midi avec les troupes du G Patton.



Dès la libération les cheminots travail d’arrache pied pour remettre en état les installations touché et en seulement trois semaines la quasi-totalité des voies sont rétablies. Après la guerre les premières machines diesel apparaissent au dépôt du Mans facilitant les manœuvres. Sur les lignes secondaires la vapeur laisse place aux autorails. Ainsi les ateliers du Mans se spécialisent dans la réparation des autorails.

L’électrification se poursuit et atteint la capitale Bretonne en 1965, mais en utilisant le 25 000 volt alternatif. Apparaissent en gare de toute nouvelles machine BB 25200 et 25500 en font partie.

Les jours de la vapeur sont comptés, et en 1971, la dernière vapeur la 141R1321 quitte le dépôt.



Les années 80



Lors de l’inauguration du TGV en 1981, le président de la république demande à la SNCF de préparer le projet de TGV Atlantique. La solution retenue retenu est un tracé en Y, comportant un tronc commun au départ de Paris se divisant en deux branche : l’une vers le Mans, l’autre vers Tours. En 1982 lors d’une consultation sur le tracé du TGV A, le gouvernement envisage un contournement du Mans. Apprenant la nouvelle les Manceaux proteste et le projet est différé.

L’aménagement de la gare se retrouve encore une fois profondément modifié pour accueillir le train à grande vitesse : Rehaussement des quais, et de la vitesse pour permettre le passage à 120 km/h. En mars 1989 un poste tout relais à commandes informatisées remplace le vieux poste centrale. En mai 1989 la ligne est ouverte reliant le Mans à paris en 55 minutes.De nos jours, grâce à l’avènement du TGV le Mans connaît une grande croissance qui aboutit à la construction autours de la gare du quartier Novaxis créant ainsi plus de 1000 emplois et accueillant des société de hautes technologie ainsi que de grande enseignes tels que : MMA, Téléfleurs, le centre d’ingénierie de la SNCF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ligne-lemans-tours.easyforumpro.com
 
Le Mans et le Train.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fermeture de la ligne Caen-Le Mans-Tours ?
» Grogne sur la ligne Caen - Le Mans - Tours
» Pour une ligne Train-Tram Agglo Caen Nord
» Le tram-train se précise
» St Pierre sur Dives à Lisieux Nouvelle ligne commerciale BV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tout sur la Ligne Caen-le Mans-Tours :: Historique de la ligne-
Sauter vers: